• vue-de-brezins.jpg
  • place-de-la-mairie-brezins.jpg
  • brezins-sous-la-neige.jpg
  • aqueduc-de-brezins.jpg
  • bandeau-tramplin-brezins.jpg
  • ecole-de-brezins.jpg
  • la-plaine-de-brezins.jpg
  • brezins-vu-du-ciel.jpg

Vivre à Brézins

Brézins est une commune située dans le département de l'Isère (38), dans la région Auvergne Rhône Alpes.

Partie I : histoire

"Berzacium" est devenu "Brizens", "Berzins" et enfin "Brézins" en 1758, nom définitivement adopté pour notre commune.

Si notre territoire a vu passer d'illustres personnages dont Louis XI et François Ier, il a gardé précieusement des vestiges d'une période encore plus ancienne : l'Antiquité.

Traversé d'est en ouest par la voie romaine toujours existante sous nos pieds, reliant Vienne à Cularo (Grenoble), il cache également un petit trésor : un aqueduc souterrain !

L'histoire contemporaine de BREZINS a eu son lot de discordes ! Digne du roman de Louis PERGAUD, "la guerre des boutons", notre village s'est séparé en deux clans (le Haut et le Bas) initialement délimités par la voie de chemin de fer. Cette démarcation s'est au fil des années déplacée vers le sud, laissant à notre illustre petit torrent, le RIVAL, le rôle de garde-frontière.

Donc, le haut et le bas. Deux églises mais un seul cimetière, deux écoles mais toujours une seule mairie. Il s'en est fallu de peu pour que ces querelles de clochers, c'est le cas de le dire, ne voient s'ériger une… troisième église !

Notons tout de même que le temps a apaisé les esprits, les gens du haut et du bas ont fini par se côtoyer, se tolérer, se marier… il faut dire que les pertes humaines issues de la première guerre mondiale, touchant toutes les familles, ont largement contribué à leur réconciliation. La terminologie du Haut (au sud) et du Bas (au nord) reste ancrée (sans plus aucune animosité précisons-le !). La seule occasion de s'affronter aujourd'hui est offerte une fois l'an par l'Amicale des boulistes de la commune.

Brézins a donc hérité au fil des siècles d'un riche patrimoine. Les deux lavoirs ont été restaurés. Les rues sont jalonnées d'innombrables maisons ou anciennes fermes datant des XVIIIème et XIXème siècles. Certaines, dépourvues de crépi, laissent au visiteur le loisir d'admirer leurs murs en pisé, où apparaissent les différentes banchées.

Si la conservation du patrimoine reste importante, son coût, les nouveaux modes de vie, la multiplication effrénée des normes (construction, accessibilité), les impératifs liés aux règles de sécurité, d'urbanisme imposent parfois, au regret de tous, l'abandon voire la destruction de certains édifices dont la conservation et la restauration s'avèrent impossibles.

Ainsi, la gare du village fait partie de ces traces du passé qui resteront dans le cœur et la mémoire de ceux qui les ont connues…

Au fil des siècles, régulièrement et encore récemment, le cours d'eau qui traverse Brézins d'est en ouest, le Rival, se montre capricieux lors de très fortes pluies. Il a, à plusieurs reprises, submergé le centre-village. Les bonnes volontés, les arguments des uns, la colère des autres ont fini par payer ; enfin, deux bassins d'infiltration ont été creusés dans le but de déverser en amont l'eau du Rival et de son affluent, La Coule, en cas de fort débit.

Partie II : géographie - économie

Brézins est un village à taille humaine : plus de 2000 habitants se répartissent sur plus de 8 km², et composent une dizaine de quartiers fort sympathiques.

Situé dans la dynamique région Auvergne-Rhône-Alpes, dans la moitié nord du magnifique département de l'Isère, au centre de son unique grande plaine, appelée "plaine de la Bièvre", Brézins offre une vue exceptionnelle à 360° : en effet, notre œil peut s'attarder au nord sur des collines, au sud sur la forêt de Chambarans, et là-bas, un peu plus loin, sur les massifs du Vercors et de la Chartreuse, laissant la chaîne de Belledonne nous offrir ses neiges éternelles…

Notre localité est très accessible par les airs et par le réseau routier nous rapprochant des 2 métropoles régionales : Lyon et Grenoble. Il est donc aisé d'y habiter et de travailler à l'extérieur, mais également de s'y rendre pour son activité professionnelle. De nombreux commerçants, artisans, agriculteurs s'y sont établis… et un nombre conséquent de travailleurs salariés y ont trouvé un formidable bassin d'emploi : en effet, notre commune accueille la plus grande entreprise du secteur, leader dans le domaine médical : Fresenius Kabi. Sur la partie brézinoise de la ZAC de l'aéroport, est implantée une plateforme logistique de 40 000m² d'un groupe très connu.

L'économie locale, c'est aussi et bien entendu l'agriculture…

Notre village est une véritable mosaïque grâce aux nombreuses cultures qui le bordent : les labours au printemps feront progressivement place au jaune vif des fleurs de colza en avril, à l'or des céréales à paille en juin (blé, orge et autre triticale) et des tournesols en plein été… que dire de ces petites pousses vertes, aux discrètes fleurs blanches : des champs de petits pois dont la récolte s'échelonne sur plusieurs semaines.

Le bal des moissonneuses rythmera la belle saison. Les champs seront parsemés de bottes et de rouleaux de paille. Les maïs, régulièrement arrosés, attendront leur tour, en septembre. Il sera alors temps pour les silos de remplir leur rôle de stockage et de séchage !

Brézins compte de nombreux pâturages, permettant aux troupeaux de vaches montbéliardes d'offrir un lait et des fromages de qualité. Les charolaises, quant à elles, ont tout loisir de paître non loin des laitières… autant dire qu'à Brézins, la bonne viande ne manque pas.

Il n'est pas rare de croiser, au détour d'un chemin, quelques gallinacés colorés ainsi que d'innombrables et discrètes abeilles brézinoises qui fabriquent un miel aux parfums de Bièvre… incontournable production locale, tout comme la noix… Brézins se situe dans le périmètre permettant aux noix d'être labellisées "noix de Grenoble". Les noyeraies font partie du paysage qui rythme nos promenades dominicales. Ces arbres livrent au début de l'automne leurs fruits en coque qui donneront cerneaux, huile et autres gourmandises locales.

Partie III : les hommes

Que serait Brézins s'il était vide, silencieux, sans vie ?

Pour qu'un village en soit un, encore faut-il qu'existe au fil de ses rues, au fil du temps qui s'écoule un esprit de village, des habitants qui se regardent, qui se parlent, qui échangent, qui s'investissent pour provoquer les rencontres et pour parsemer les lieux publics de joie et de bonne humeur.

Brézins est assurément riche d'associations, d'habitants qui s'efforcent de l'animer, de le faire vivre.

Le sport, bien-sûr, est un maillon indispensable et historique à Brézins. Le ballon oval (ici rouge et noir) a pignon sur rue. Le ballon rond l'a rejoint plus récemment. Enrichie par les activités multisports, la gym, la rando, les boules, l'éventail de l'offre en matière de sport est très large. Les loisirs sont nombreux : chaque semaine, la troupe de théâtre répète, le club des anciens se réunit… alors que les chasseurs et pêcheurs attendent patiemment le début de leur saison respective.

Le comité des fêtes et le sou des écoles oeuvrent beaucoup pour l'animation de Brézins. Les bénévoles parviennent à se motiver chaque année pour que perdure cet esprit bon enfant qui caractérise les différentes manifestations brézinoises.

N'oublions pas les plus jeunes d'entre nous ! C'est à l'école de La Fraternité que plus de 200 d'entre eux se retrouvent. Des locaux neufs ou rénovés, dotés de nouvelles technologies, leur offrent de bonnes conditions de travail. Ils bénéficient également, comme l'ensemble de la population, d'installations sportives adaptées aux besoins de chacun.

On ne saurait terminer sans mentionner un personnel communal dévoué, efficace et sympathique. Services techniques, secrétaires, services de cantine/école/garderie, bibliothèque… Brézins ne serait pas Brézins sans eux non plus.

Bénévoles, habitants, responsables d'associations, élus, employés communaux… chacun d'entre nous contribue à rendre attractif notre cher village dont le cœur ne s'arrête jamais. Et il s'en passe ! Des événements complètement décalés : des chaises chamarrées dans les rues ou dans les champs, du mobilier urbain emmitouflé sous un soleil de plomb… et puis…

Et puis si vous voulez en savoir davantage sur Brézins, venez vous rendre compte par vous-même quelles richesses il vous réserve. Comme on l'a forcément dit au temps de Berzacium, "Veni, Vidi !" (je suis venu, j'ai vu !)

Découvrez maintenant une petite vidéo de présentation réalisée par l'équipe municipale.

Vidéo de brézins