• ecole-elementaire-de-brezins.jpg
  • ecole-de-brezins.jpg
  • mairie-brezins.jpg
  • la-plaine-de-brezins.jpg
  • route-de-campagne-a-brezins.jpg
  • brezins-vu-du-ciel.jpg

Projets en cours

Vivre à Brézins aujourd’hui et demain

Les vingt dernières années ont vu une forte hausse de notre population.
Nous atteignons les 2000 habitants et il faudra tenir compte de cette hausse pour l’avenir.

Ainsi, les projets que nous avons à impulser, à organiser s’organisent sur différents thèmes :

  • la lutte contre les inondations
  • l’urbanisme
  • le développement de la commune
  • l’accessibilité des locaux publics
  • l’entretien des locaux existants
  • l’amélioration des déplacements
  • les relations intergénérationnelles et la communication

 

La lutte contre les inondations

Les travaux réalisés qui seront terminés fin 2015 comportent trois réalisations permettant d’assurer un flux minimum du Rival et une gestion de ré-infiltration dans la nappe :

  • un merlon de retenue au sud de la RD518 pour canaliser la rivière
  • un bassin écrêteur du Rival en amont de la commune entre la RD 518 et la voie ferrée pour une contenance de 60 000 m3
  • un bassin écrêteur de la coule au nord de la voie ferrée pour une contenance de 10 000 m3

Les financements des travaux sont assurés par le Conseil Général et le Syndicat hydraulique et par la
Communauté de communes pour l’achat des terrains.

L’urbanisme, et son fil directeur, le SCOT

Le Schéma de Cohérence Territorial impacte fortement nos décisions locales. C’est un document qui concerne 233 communes et qui a pour objectif l’organisation du territoire en fonction des enjeux des 30 ans à venir. S’inscrivant dans le Grenelle de l’Environnement, il préconise un développement équilibré et une économie de l’espace consommé.

Il comporte quelques grandes options : recentrer l’habitat sur les centres urbains, fixer des limites intangibles avec blocage des extensions de zones constructibles des PLU, réimplanter les commerces, réaménager les logements anciens, redonner de l’espace à l’agriculture, modifier la circulation automobile en limitant les flux migratoires, favoriser les transports en commun, diminuer les coûts d’infrastructure.

Ses orientations sont louables mais méritent toute notre attention.
Nous voulons vivre et travailler dans la Bièvre. En parallèle de l’agriculture, nous voulons un développement économique local, nous souhaitons que notre population puisse accéder aux mêmes offres de soins, de santé, d’accompagnement des personnes âgées, d’accès aux évolutions technologiques, d’accueil petite enfance que les centres urbains.
Notre commune est attractive. Les propriétaires aimeraient encore plus de zones constructibles car les prix sont élevés. D’autres habitants pensent que nous sommes trop nombreux.

Notre PLU, voté en 2008, n’a pas eu de révision car les surfaces constructibles sont déjà importantes. Il peut être consulté sur ce même site en page "infos pratiques".
Un PLH (Plan Local de l’Habitat) a été voté au niveau intercommunal fixant un nombre de permis par commune afin d’organiser au mieux le développement régional.
Une nouvelle loi gouvernementale a été votée et prévoit une gestion des PLU par l’intercommunalité ; de nombreux problèmes ont été soulevés et cette loi doit être amendée.

Le développement de la commune

La suite logique de l’extension et de l’augmentation de la population, c’est le développement des besoins.
Alors, nous devons faire face, tout en respectant les budgets.

Le développement, c’est prévoir et répondre aux attentes de la population. Des réflexions sont menées pour des vestiaires sportifs, pour l’amélioration de l’éclairage public, pour le devenir de l’ancienne église, pour le maintien et l’extension de commerces, pour envisager une maison médicale, pour créer des jardins collectifs, etc.

Le développement, c’est aussi la modernisation. La commune veut améliorer l’accès au numérique (un programme est prévu par le Département avec des objectifs d’amélioration progressive entre 2017 et 2020).

L’accessibilité des locaux

C’est une exigence légale avec une date butoir fixée par l’Etat. En 2015, tous les locaux recevant du public devront permettre d’accueillir l’ensemble des handicaps avec des règles et normes strictes.

Tous les locaux municipaux sont concernés. Des aménagements seront à prévoir en Mairie, aux salles de réunions, aux locaux sociaux.
Une nouvelle salle socioculturelle (répondant à toutes les normes et à l’écart des nuisances pour 2015) remplacera l’actuelle salle des fêtes qui ne répond ni aux normes handicap ni aux agréments sécurité à cause de son plancher en bois non isolé. 

L’entretien des locaux existants

La commune possède de nombreux locaux. Il nous faut les maintenir et savoir les utiliser. Des travaux sont à prévoir dans l’église (peinture et structure), aux écoles (crépis et isolation). Une réhabilitation des anciens logements des instituteurs au dessus de l’école (depuis longtemps inoccupés) est prévue avec l’OPAC. 

L’amélioration des déplacements

Un plan d’aménagement « voieries » prévoit des travaux sur les grands axes traversant.
Les prochaines échéances importantes seront les entrées « Ouest » et « Est » de la voie RD 518/519.

La volonté des élus est aussi de poursuivre les aménagements de trottoirs en priorisant les voies les plus circulées des voieries communales et de répondre aux remarques exprimées lors des réunions de quartiers et des contacts avec les associations. Des réflexions sont aussi menées pour l’aménagement de voies cyclables, pour un cheminement piétonnier le long du Rival et pour l’organisation de covoiturage et de pédibus. 

Les relations intergénérationnelles et la communication

Des actions et activités en direction de la jeunesse, des animations culturelles en liaison avec la bibliothèque sont organisées régulièrement. Le CCAS finance une aide au repas et les colis aux anciens.

L’information est constante avec le panneau d’affichage lumineux, la gazette et les réunions de quartiers.
Des réflexions sont à mener sur des activités intergénérationnelles, pour l’aménagement d’une salle commune, pour l’organisation de visites entre les écoles et les anciens du village.

 

Tout ceci, naturellement, dans le respect des normes qui nous sont fixées, par l’éco-conditionnalité, par le Grenelle de l’Environnement, par les règles administratives complexes mais aussi dans un souci de maîtrise de l’endettement en tenant compte de la baisse des subventions et dotations en relation avec le déficit de l’Etat.

Malgré tout, nous souhaitons poursuivre les investissements, source de dépenses, certes, mais aussi source d’emploi dans une période difficile.